Make your own free website on Tripod.com

Code de la famille gouvernemental

Mustapha Hadjrab


Le gouvernement algerien, qui n'a jamais traite les femmes du pays comme
des citoyennes au service desquelles il lui serait permis de diriger le
pays, a adopte une serie d'amendements avant de refiler le Code de la
famille a l'Assemblee, la belle affaire. Qu'on en juge (la presse
algerienne publie les amendements gouvernementaux.). Je resume, en
commentant :

1) article 8 : confirmation de la polygamie avec l'accord d'un juge (qui ne
peut jamais etre une femme en terre d'islam, cela va sans dire) ;

2) la femme a le wali pour tuteur en plus de tous les autres ; le pere peut
empecher sa fille de se marier dans son interet (sic !) ; (si par exemple
la fille est amoureuse d'un homme qu'elle veut epouser et dont le pere ne
veut pas, ce dernier peut aller se faire voir par une autre aux yeux de  la
loi algerienne) ;

3) Le mari est tenu de respecter ses epouses (on a envie de rire !) ;
l'epouse doit respecter son (seul) mari en qualite de chef (rires !) de
famille ; (nulle part il n'est question d'amour, de couple comme une unite
soudee par l'amour, regie par la cooperation amoureuse de l'homme et de la
femme, mais bon je dois parler de coutumes etrangeres n'est-ce pas ?
Peut-etre meme sont-ce la des reflexions de harki) ;

4) le divorce intervient a la demande du mari ; la femme ne peut le
demander que dans 7 cas precis, je pense par exemple a cet ignoble point 3
(article 53) qui dit que la femme peut demander le divorce si l'epoux
refuse de partager la couche de sa femme pendant plus de 4 mois. (En
dessous, les desirs - je deteste le mot besoin - sexuels de la femme ne
sont pas reconnus par le juge, homme, naturellement) ; idem pour le non
moins ignoble point 5 qui precise : "pour absence de plus d'un an sans
excuse valable ou sans pension d'entretien"...

J'arrete la, mais on voit bien comment l'Algerie se condamne elle-meme a
force de maintenir les femmes en esclavage, juste bonnes a etre des "poupes
qui disent oui, oui" aux hommes, dont il faut bien dire que ceux qui
acceptent ce genre de lois ne doivent pas s'etonner d'etre traites comme
esclavagistes.


 Mustapha HADJARAB and Algeria-Net




This page has been visited times since April 9, 1998